Patrick ASSEKO et sa Famille.

Patrick Asseko en conversation avec sa Famille. Ils se posent notamment la question des Petits enfants

Maman : j’attends toujours mes petits enfants

Moi (riant) : maman tu as déjà des petits enfants

Maman: oui mais ce ne sont pas les tiens

Moi : surement parce que ce n’est pas encore le moment

Maman : 26 ans c’est assez pour moi, c’est pas à 40ans que tu les feras

Moi (me levant) : et c’est à ce moment là que je m’en vais

Maman : ça ne sert à rien de fuir, j’attends mes petits enfants

Moi : lol, bye maman (lui faisant un bisou)

Maman : hum

Papa (entrant dans la pièce) : Patrick, tu t’en vas déjà?

Moi : oui travail urgent

Maman : il me fuit, c’est ça son travail urgent

Moi (m’en allant) : je vous aime madame Asseko

J’aime ma mère énormément mais elle abuse avec cette histoire d’enfants, pas que je n’en veux pas juste que c’est pas le moment, et comme je lui ai dis, j’ai encore le temps.

En ce moment j’ai tout sauf envie de me sentir prisonnier de ma propre vie à cause d’un quelconque engagement et puis, ne dit-on pas qu’il faut reculer pour mieux sauter, c’est exactement ce que j’applique.

Une fois installé dans ma voiture j’ai lancé l’appel sur le numéro de Bruno, mon petit-frère, celui qui vient juste après moi, c’est mon complice.

Bruno (décrochant) : allô

Moi : bonjour papa bruno

Il vient d’avoir son premier fils, d’où l’acharnement de maman sur moi, apparemment de tous les enfants de madame Eloïse Asseko, je suis le seul à ne pas encore lui avoir donné de petits enfants, va savoir ce qu’elle veut faire avec, elle en a déjà 6, oui 6 bien compté, 3 de Elisée ma grande sœur, la première de mes parents elle a 36ans, 2 de Gabriel, c’est le deuxième il a 32ans et pour finir le nouveau né de Bruno, 25 ans, je crois que c’est suffisant pour le moment non.

Bruno (riant) : bonjour tonton asaël

Moi (souriant) : c’est à cause de toi que tout Pog va savoir que mon deuxième prénom c’est asaël

Bruno : et tu devrais en être fier, en plus ton neveu porte le même comme premier prénom

Moi : c’est pour ça qu’il est si beau

Bruno (riant) : c’est ça ! what’s up boy ? Tu es où ?

Moi : tranquille man, je quitte à peine la maison de tes parents

Bruno : laisse moi deviner, elle attend toujours ses petits enfants

Moi (rire) : tu la connais bien ! Au moins avant on était deux donc elle se départageait mais là elle est complètement sur mon dos

Bruno (rire) : c’est l’amour

Voix de fond : dis à Patrick de passer manger le crabe

Bruno : sélène dit de passer manger

Moi : ah tout le monde n’a pas de belle sœur aussi attentionnée, j’arrive !

Bruno (rire) : okay à toute

Moi : ça marche [clic]

Sélène sait comment me donner le sourire en quelques secondes, je sens que je vais bien manger aujourd’hui, j’ai direct foncé chez le couple Asseko/Ibinga

*Lundi Matin*

Fin de week-end juste trop déprimant, quand c’est la semaine je dois mettre mon costume d’homme d’affaire sérieux et carré du coup je change complètement de visages, ça doit être pour ça que je suis toujours célibataire (sourire), bref je me mets en route pour le boulot sinon je risque d’être en retard.

En arrivant dans les locaux de l’entreprise dans laquelle je travail (total Gabon), j’ai salué un bon nombre de personnes avant de rentrer dans mon bureau de chef comptable, un boulot qui n’est pas de tout repos surtout que je suis entrain de monter ma boite de consulting, juste qu’il me faut encore quelques années.

Je prends mon travail vraiment à cœur car c’est lui qui m’aide à m’épanouir énormément, j’aime travailler au milieu des chiffres, corriger des erreurs comptables, j’aime tout ce qui a attrait aux chiffres et j’aime également être indépendant.

Mon père a très bien réussit sa vie, il a longtemps travaillé pour une société de la place, il a construit un immeuble avec l’argent que son père lui a laissé après son décès, il a loué le bâtiment à l’Etat et avec l’argent il a construit des maisons partout dans le Gabon, quand je dis partout c’est vraiment partout, il a au moins une maison dans chaque province du coup depuis que je suis né on a jamais eu de problèmes d’argents, en gros mon père a travaillé par passion pour ce qu’il faisait et c’est cette passion là qu’il nous a transmit, travailler d’abord pour son épanouissement personnel et ensuite pour l’argent.

Ne vous méprenez pas, l’argent de ma famille ne m’a jamais donné des ailes, je suis de ceux qui pense que le bonheur ne se limite pas à l‘argent même si il joue un grand rôle voilà pourquoi je préfère travailler pour gagner mon argent afin de monter ma société avec ce qui sortira de mes poches, je rendrai Eloïse et Jean-René très fiers.

Toute cette journée je n’ai fais qu’enchainer les rendez-vous, c’est vrai que j’aime mon travail mais il prend trop de place dans ma vie, je ne peux même pas faire des rencontres parce qu’après le travail je suis trop crevé pour sortir. Même mes amis je les vois difficilement pff vivement que ça finisse, je peux faire comme certain et juste profiter de l’argent de mes parents mais non au lieu de ça je préfère me débrouiller grrr bref pas le temps de trop y penser j’ai des rendez vous qui m’attendent.

                                               *************************

Ma semaine est très vite passée, j’ai à peine eu le temps de me reposer, j’ai pas arrêté de courir ci et là pour les affaires, parait que c’est ça la vie d’un homme d’affaire.

Comme c’est vendredi aujourd’hui, mes potes ont organisés une sortie resto boite pour relaxer un peu, j’ai bien sur refusé sauf que c’est comme si je parlais seul du coup fatigue ou pas ce soir, je sors.

Après m’être reposé pendant un peu plus de 2heures de temps je me lève en catastrophe en réalisant qu’il est déjà 21heures et je dois retrouver les gars à 21h30 ! Je me précipite sous la douche et à 21h30 précise je suis assis dans ma voiture en direction du restaurant.

En garant au parking du restaurant je vois les voitures d’Alexis et clément, je coupe le contact verrouille ma voiture après être descendu et je les rejoins à l’intérieur, je trouve également Mathis et Léandre donc je suis le dernier à arriver

Moi (prenant place sur la chaise libre) : salut

Mathis : c’est pas trop tôt

Alexis : moins un on lançait sans toi

Moi : encore vous avec la bouffe

Léandre : frère on ne rigole pas avec certaines choses dans la vie

Clément : oui léandre on sait que c’est l’amour de ta vie

Moi (souriant) : vrai trouve toi une meuf mec parce que si tu finis obèse en plus d’avoir cette tête, tu finiras par te suicider

On a tous rigolé

Léandre (riant) : va te faire foutre

Alexis : bon commandons sinon je vais finir par crever

On a passé un excellent moment à manger et discuter, ça fait vraiment du bien de se retrouver avec ses potes de temps en temps à discuter de tout et de rien et surtout de se lancer des piques pour rigoler, ça change des chiffres de 8h à 21h.

Après avoir bien digéré on est allé en boite se défouler un peu sur la piste. Je ne suis pas le meilleur danseur du monde mais je me débrouille pas mal, pas comme alexis et mathis qui dansent comme des crapauds (rire).

Je ne sais pas trop quelle tournure a prit cette soirée mais le dimanche en me réveillant je n’étais pas seul dans mon lit, apparemment je suis pas rentré tout seul.

Voilà un peu à quoi se résume ma vie quand je décide de me lâcher, Patrick Asaël ASSEKO, 26ans et toujours une vie de débauche.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici